Le diabète gestationnel se définit par un excès de sucre dans le sang qui apparaît ou est révélé lors de la grossesse, en général au troisième trimestre, parfois plus  tôt.

Les facteurs favorisants sont l’âge, les antécédents de diabète dans votre famille, le surpoids, un premier bébé pesant plus de 4kg ou un diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse .

Dans ces cas votre médecin ou gynécologue prescrira une glycémie à jeun au premier trimestre ou une épreuve d’hyperglycémie orale provoquée entre la 24ème et 28ème semaine d’aménorrhée (mesure du glucose dans le sang après absorption d’eau sucrée).

La principale conséquence de ce diabète est un excès de poids pour votre bébé et donc un possible accouchement prématuré ou une césarienne; pour éviter ce risque il convient de maintenir tout au long de la grossesse un taux de sucre dans le sang proche de la normale.

Une bonne hygiène de vie, un peu d’activité physique, une alimentation équilibrée suffisent dans la plupart des cas à contrôler la situation ; on vous demandera de surveiller la glycémie en prélevant une goutte de sang au bout d’un doigt à déposer sur un appareil de lecture, et de noter vos résultats sur un carnet ; dans certains cas, si les glycémies ne sont pas à l’objectif, l’insuline s’avère nécessaire, elle s’administre par des injections sous-cutanées, indolores, que vous pouvez réaliser vous-même ; cette insuline est interrompue, sauf cas particulier, à l’accouchement ; un diabétologue vous accompagnera dès le diagnostic et jusqu’à l’accouchement.

Vous pourrez allaiter votre bébé normalement, reprendre une contraception, il faudra simplement s’assurer que la glycémie est normalisée après l’accouchement et demeure normale avant une nouvelle grossesse .

 

Par le docteur Chantal COCHET, Médecin endocrinologue